Réponse d’AEC au docteur Calot : « l’homophobie et la transphobie sont des obstacles majeurs au bon fonctionnement du circuit transfusionnel »

Publiée le 28 janvier 2012 | Par Frédéric Le Barzic | Communiqué de Presse, News

Le docteur Jean-Pierre Calot : une procédure de suspension par l'EFS est en cours

 

Samedi 21 janvier dernier, lors de la journée « Sang pour tous » organisée Place du Capitole à Toulouse, dans un entretien aux journalistes du site web Carré d’Info,  le docteur Jean-Pierre Calot, chef de service de l’Etablissement Français du Sang Pyrénées-Méditerranée, a tenté de justifier l’exclusion à vie qui frappe actuellement en France les donneurs de sang homosexuels.

AEC Toulouse et les associations co-signataires de ce texte s’indignent des propos qui ont été tenus à cette occasion par monsieur Calot et interpelle publiquement les responsables nationaux de l’EFS et de l’INVS au moment où des avancées importantes ont lieu dans la perspective de réintégrer les donneurs homosexuels*.

Selon monsieur Calot, l’EFS n’aurait pas besoin des personnes homosexuelles car leur exclusion à vie « ne fait pas perdre beaucoup de dons et ça sécurise pour le receveur ». A la discrimination ressentie à cause de l’exclusion s’ajoute ainsi la stigmatisation d’être inutile. Les personnes homosexuelles apprécieront et les receveurs de sang en attente également.

D’autre part, pour expliquer que les personnes homosexuelles sont plus touchées que les autres par l’épidémie du VIH, comment peut-on encore prétendre que « le vagin est fait pour les relations sexuelles, et pas l’anus » ? Quelle représentation de notre sexualité et de la société ce médecin transfuseur généraliste révèle-t-il quand il parle de « l’homme normal (sic), marié, père de famille, et qui va de temps en temps avoir un rapport avec un travesti. Celui-là, il n’a pas l’impression d’être homosexuel parce qu’il a un rapport avec un travesti. L’homosexuel, le vrai, il ne va pas avoir un rapport avec un travesti parce qu’il n’aime pas les femmes, alors il aime encore moins les ersatz de femmes (re-sic!) » ?

AEC Toulouse interroge publiquement l’EFS et l’INVS sur l’opportunité de polluer le discours médical par des considérations qui distillent insidieusement le soupçon de l’homophobie et de la transphobie. En effet, le docteur Calot devrait savoir que l’homophobie et la transphobie sont des obstacles majeurs au bon fonctionnement d’un circuit transfusionnel incapable par ailleurs de faire respecter une exclusion à vie qui n’a plus lieu d’être. Comment, en effet, face à des médecins tenant des discours de cette nature, un donneur de sang peut-il répondre avec sincérité et sans crainte d’être jugé non seulement au questionnaire écrit mais surtout à l’entretien qui précède l’acte de donner son sang ?

Monsieur Calot a par ailleurs indiqué que « les associations nationales » avec lesquelles travaillait l’EFS étaient « totalement d’accord avec l’exclusion actuelle des donneurs homosexuels ». AEC Toulouse lui demande de mentionner publiquement le nom de ces associations.

AEC Toulouse rappelle à cette occasion qu’elle ne s’est jamais prononcée en faveur de cette exclusion à vie et qu’en date de son conseil d’administration du 9 janvier 2012, elle s’est prononcée en faveur de la réintégration des donneurs homosexuels.

AEC Toulouse

Communiqué de presse co-signé par Actup Sud-Ouest, l’Autre Cercle, David & Jonathan, Extra Muros, le collectif Homodonneur, le collectif Tous Receveurs Tous Donneurs, et Pourquoi Sang Priver et l’association Les Elus Locaux Contre le Sida.

*Voir J. Pillonel et C. Semaille « Accès au don du sang des hommes ayant des relations  avec des hommes et impact sur le risque transfusionnel»  in Transfusion clinique et biologique, 2 avril 2011, pp 151-57

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

3 Responses to Réponse d’AEC au docteur Calot : « l’homophobie et la transphobie sont des obstacles majeurs au bon fonctionnement du circuit transfusionnel »

  1. Laurent GUERREIRO says:

    Tout d’Abord, Je tiens a préciser que je suis infirmier et que je suis amener régulièrement à Prélever et/ou transfuser des personnes, je maîtrise donc bien le sujet. J’ai 34 ans et je suis aussi homo, en couple depuis 14ans. Je n’ai jamais subit de discrimination au travail de la part de mes Employeurs/collègues et les quelques-un qui ont essayé ont été remis en place vigoureusement… (mais ceci n’est pas le propos)

    Le Dr J.P CALOT a été certe très maladroit dans ses propos mais je ne comprends pas la levé de bouclier et la vindicte médiatique ! En premier, C’est un médecin et donc pas un expert en communication. En deuxième, il est charger d’appliquer les réglementations en vigueur, qu’il soit d’accord ou pas avec. Il pourrait être Homo et vouloir défendre un autre point de vue, en tant que responsable de l’EFS, il doit se tenir a la réglementation en vigueur et en expliquer les tenants et les aboutissants. Dans ses propos, il explique maladroitement pourquoi le don de sang est restreint, et il s’adresse au journaliste comme s’il discutait avec un confrère.

    Je n’y vois pas d’homophobie, il explique « techniquement » en s’appuyant sans les citer les différentes études statistiques qui démontrent malheureusement que les homos sont des population a risque, comme les toxicomanes, les personnes prostituées, etc… Les pratiques sexuelles étant plus ou moins a risque de transmissions, Lors de pénétrations, l’anus étant plus fragile que le vagin, il est potentiellement plus facilement contaminé par des IST, c’est tout ( On estime a un rapport de 20 fois plus ) . Effectivement, Les homos masculins sont estimé a 5% environ de la population ( sans compter les Bi assumés ou pas, les Mariés infidèles etc…) mais représente une grande part des contaminations IST. Nous sommes de fait par principe de précautions exclu du Don.

    Comme tente de l’expliquer maladroitement ce médecin, pour des raisons de sécurité sanitaire, le plus « Dangereux » pour l’EFS (Etablissement Français du Sang) qui doit garantir l’innocuité des produits qu’il délivre aux patients ( surtout depuis les affaires de sang contaminés ), ce ne sont pas les Homos qui sont les plus « Dangereux » comprendre « A risque », car comme déclaré « population a risque », il sont exclu du don et en général mieux sensibilisé, seul ceux qui se savent négatifs vont donner ( enfin j’espère ).
    Les plus dangereux pour l’EFS, surtout en termes de sécurité sanitaire et en termes financier (les poches sont jetées), ce sont les personnes qui ont des comportements a risques, des rapports non protégé et qui quand ça leur prends, vont donner du Sang…
    Il prends l’exemple qui semble caricatural mais oh combien malheureusement répandu, du « Bon père de famille » affiché qui va voir les prostituées, qui paye pour avoir des rapports non protégés ( et ça arrive souvent) et qui au boulot par exemple, avec ses collègues va donner son sang… sans être honnête en remplissant le questionnaire… Combien de personnes nie avoir des comportements à risque et donne leur sang, en faisant courir un risque de transmission ? Concrètement les poches testés positives sont jetées, c’est du temps et de l’argent gaspillé.

    Ce médecin n’as pas été très entraîné a parler aux médias, et aborde des questions techniques et sensibles, Il a eu le mérite de répondre concrètement et franchement, sans langue de bois aux journalistes, qui d’ailleurs ne lui ont pas fait de cadeaux ! Ils auraient pu l’aider a reformuler les choses. Il a été un peu vulgaire, mais bon, Personnellement j’en ai marre du politiquement correct a tout va ! A-t-on donné l’occasion a Monsieur de rectifier le tir ou de s’expliquer sans pressions ? Et arrêter de prendre la mouche pour n’importe quoi, il y a des combats plus important. Franchement, il emploi des termes et des expressions que nous employons a tour de bras… Ne Faites pas les choqués !

    Laurent GUERREIRO ( Montpellier )

  2. Jay H says:

    « Franchement, il emploi des termes et des expressions que nous employons a tour de bras… »

    « Tout le monde l’a fait » n’est jamais une excuse valable. Que les préjugés, notamment l’homophobie et la transphobie, soient répandus, y compris chez ceux qui sont censés être mieux éduqués que cela, est proprement choquant, et on a bien le droit de s’offusquer.
    Tous les homosexuels ne sont pas séropositifs. Il existe des tests VIH et Hep C gratuits, donc il n’y a aucune raison de venir à un center de don du sang pour se faire dépister. Le don du sang étant non rémunéré en France (ce qui est une bonne chose), personne n’a de motivation financière pour cacher une maladie qu’elle pourrait autrement transmettre en donnant son sang.

    L’argument du risque de perte d’argent parce qu’il faut jeter le sang VIH+ est donc un simple écran de fumée pour cacher une homophobie liée à une méconnaissance de la psychologie humaine et du SIDA.

  3. Maxime Lecourt says:

    Bonjour Laurent, je suis donneur régulier (hétéro donc), comme l’était Frédéric Pécharman. Nous avons tous deux déjà travaillé avec l’EFS sur l’organisation de collectes, et Frédéric lui avait travaillé avec le docteur Calot, et le connait bien. Ceci étant, nous ne pouvions pas accepter de tel propos d’un représentant officiel de l’EFS sans demander de rectification. Et maintenant que le docteur Calot a rectifié le tir (mardi je crois ?), nous avons décidé que nous n’allions pas lui tenir rigueur de ses propos, justement car tout le monde peut dire une connerie.
    Maxime Lecourt
    Porte Parole d’HOMODONNEUR