Maurice Godelier dans Le Monde : « L’homoparentalité constitue une évolution irréversible »

Publiée le 10 décembre 2010 | Par Michel Megnin | News

Forte diminution des mariages, développement des familles recomposées, apparition de l’homoparentalité, essor de l’assistance médicale à la procréation : en trente ans, un véritable bouleversement a ébranlé l’univers de la parenté. Le Monde Magazine a demandé à l’un des plus grands anthropologues français, Maurice Godelier, de nous décrypter cette évolution. Maître assistant de Fernand Braudel et de Claude Levi-Strauss, M. Godelier, qui a été directeur scientifique du CNRS, est l’auteur des Métamorphoses de la parenté (Fayard 2004) .

Pour Maurice Godelier, les mutations de la famille contemporaine sont liées à trois mouvements : le mouvement de promotion de l’individu, qui a abouti à ce que l’on mette l’accent sur le libre choix du partenaire et non sur les obligations sociales et familiales ; le mouvement d’égalité entre les sexes, qui a conduit à mettre fin, au sein des familles, à la « puissance paternelle », cette « séquelle du patria potestas antique qui, dans le monde romain, donnait au père de famille un droit absolu de vie et de mort sur ses enfants » ; et le mouvement de valorisation de l’enfance, amorcé au XVIIIe siècle par Jean-Jacques Rousseau, qui a conduit à donner des droits aux enfants.

« LA VÉRITÉ SUR SES ORIGINES »

Plutôt que de se lamenter sur le déclin de la famille traditionnelle, Maurice Godelier propose de s’ouvrir à ces évolutions. L’anthropologue plaide ainsi pour la reconnaissance des nouvelles formes de parentés sociales que sont les familles recomposées et les familles homoparentales.

« L’homoparentalité constitue une évolution irréversible, aucune loi ne pourra arrêter le mouvement, explique-t-il. Et dès lors qu’on ne peut pas l’arrêter, il faut le reconnaître et l’accompagner socialement pour qu’il acquière des structures et un encadrement légal. »

Enfin, il pense qu’il faut lever l’anonymat sur les dons de gamètes, comme le prévoit, en partie, le projet de révision des lois de bioéthique du gouvernement. « Comme tout autre enfant, un enfant né d’un don de gamètes a droit à la vérité sur ses origines », affirme-t-il.

Lire l’intégralité de l’entretien avec Maurice Godelier dans la zone Abonnés du site Le Monde.fr et dans Le Monde Magazine daté 4 décembre 2010.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Comments are closed.