La journée du souvenir de la déportation 24 Avril

Publiée le 23 avril 2011 | Par | Associations, Associations Membres, News

L’association Les « Oublié-e-s » de la Mémoire[*] représentera cette année encore la composante homosexuelle de la Déportation à l’occasion des cérémonies autour de la Journée nationale du Souvenir de la Déportation.

Le 24 avril 2011, comme tous les derniers dimanches du mois d’avril, sera marqué sur tout le territoire par les cérémonies d’hommage aux Victimes et Héros de la Déportation. Notre association sera présente à Paris et en province (Belfort, Grenoble, Lille, Nancy, Metz, Saint-Étienne, Strasbourg et Toulouse notamment) aux côtés des représentants de l’État et d’autres associations mémorielles.

A Toulouse, la cérémonie débutera à 11h au monument de la Résistance et de la Déportation, Esplanade Alain Savary (près du grand rond). Précédemment, à 9h45, un dépôt de gerbe aura lieu dans la cour d’honneur de la Prison Saint Michel.

Grâce aux actions menées par notre association, l’année 2010 avait vu des avancées majeures dans la reconnaissance de cette mémoire en France :
– 15 mai : plaque commémorant Pierre Seel et les Mulhousiens anonymes, arrêtés et déportés pour homosexualité ;
– 25 septembre : plaque rendant hommage aux déportés pour motif d’homosexualité à l’ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof ;
– Nos contacts et entretiens réguliers avec le Ministère de la Défense, instance de tutelle pour les questions de Mémoire, avaient en outre conduit M. Hubert Falco, alors Secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens Combattants, à mentionner explicitement les homosexuels parmi les catégories de déportés, et ce à trois reprises (Journée nationale du Souvenir de la Déportation du 25 avril ; Cérémonie Commémorative au Struthof le 27 juin ; Commémoration de la rafle du Vel d’Hiv le 18 juillet).

Forte de ces acquis et de ces soutiens, notre association a pu obtenir qu’en 2011 une note du ministre de la Défense datée d’hier enjoigne tous les préfets à intégrer pleinement les associations portant la mémoire des déportés pour motif d’homosexualité dans les dispositifs commémoratifs.

La déportation pour homosexualité étant reconnue sans équivoque aux plus hauts échelons de l’État, et ce depuis les discours de Lionel Jospin (2001) et Jacques Chirac (2005) et Hubert Falco (2010), elle doit maintenant s’opérer à l’échelon local.
Dans un esprit de sérénité et d’apaisement devant cette reconnaissance, nous appelons toutes les associations L.G.B.T. désireuses de s’associer à cet hommage à nous rejoindre et à reconnaître le principe de la gerbe unitaire déposée par les fédérations de déportés à l’occasion des cérémonies qui se tiendront le 24 avril. Intégrant la dimension unitaire de ces cérémonies, nous nous distançons de dépôt de gerbes ne reconnaissant que la seule déportation homosexuelle, dans les lieux où d’autres associations représentant d’autres composantes de la Déportation ne sont pas appelées à en faire de même.

Nos réalisations passées n’auraient pas pu se concrétiser dans un esprit autre que celui de conciliation et de dialogue. Nous aurons prochainement l’occasion d’annoncer d’autres avancées en ce sens.

Contact presse :
Philippe COUILLET, président national : 06.18.84.00.33
Jean-Luc SCHWAB, secrétaire général : 06.17.14.65.04
http://www.devoiretmemoire.org

[*] Les «Oublie-e-s» de la Mémoire, association mémorielle nationale, reconnue par les institutions, œuvre à la connaissance de la déportation pour motif d’homosexualité et sa reconnaissance par la France . Résolument ancrée dans le présent, notre démarche se traduit également au quotidien par la lutte solidaire contre toutes discriminations, notamment celles envers les personnes autrefois persécutées par le régime nazi. Notre action vise les autorités publiques et éducatives ainsi que les acteurs du monde L.G.B.T. (lesbien, gay, bi et trans), de la Déportation et de la Mémoire.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Comments are closed.