France : quand l’UMP s’oppose à la pension de réversion pour les couples pacsés.

Publiée le 2 août 2010 | Par Michel Megnin | News

Le Pacs s’est invité en commission des affaires sociales de l’Assemblée jeudi 23 juillet dernier, lors du débat sur les retraites. En effet, l’UMP a rejeté un amendement concernant les couples pacsés défendu par le Front de gauche. Martine Billard (Parti de gauche) et d’autres députés du Front de gauche avaient déposé un amendement destiné à étendre le bénéfice de la pension de réversion aux couples pacsés, sur le modèle des couples mariés, en cas de décès de l’une des deux personnes.

Cet amendement a été rejeté en commission, « sous prétexte », a fait valoir Mme Billard, que « le pacs n’entraîne pas la même obligation alimentaire que le mariage ». La députée a affirmé que cette extension était une promesse de Nicolas  Sarkozy durant sa campagne présidentielle.

« Vous avez fait un trait d’égalité entre le Pacs et l’homosexualité! », s’est insurgée Mme Billard, dans les couloirs de l’Assemblée, à l’adresse de l’UMP. « On montre à nos concitoyens que nous sommes attachés aux pensions de réversion, que vous voulez fragiliser dans une logique précaire. Je constate que vous êtes d’accord avec Mme Parisot (Président du Medef), qui disait que l’amour comme le  travail, c’était aujourd’hui précaire et fragile », lui a répondu Hervé Mariton (UMP) . Martine Billard: « Je me suis toujours battue pour que le travail soit  stable!…l’amour, ce n’est pas le mariage qui garantit sa stabilité. Cela se  saurait ! ».

Bref, de très tristes rappels pour ceux qui se remémorent le pathétique débat sur le PACS, et une raison de plus, s’il en fallait une, pour qu’Arc en Ciel Toulouse dénonce l’inacceptable inégalité de droits entre les couples hétérosexuels et homosexuels, et exige de nouveau l’instauration du mariage homosexuel en France.

Non, notre amour n’est pas plus fragile, ni précaire que l’amour hétérosexuel !

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Comments are closed.