Film sur l’ Homoparentalité à l’ Utopia

Publiée le 18 octobre 2009 | Par Frédéric Le Barzic | Culture LGBT, News

Picture 5

Les Joies de la Famille

Du 07/10/09 au 27/10/09 à Toulouse – Du 28/10/09 au 10/11/09 à Tournefeuille

Les Joies de la Famille est bien heureusement un film parfaitement suédois. Göran et Sven sont deux homos, sympas, issus des classes moyennes (l’un est médecin généraliste, l’autre cadre dans la publicité), pas mal mais terriblement banals, et donc terriblement attachants. Tellement banals que s’ils ne vivaient pas en couple, ils ne détonneraient aucunement dans leur banlieue pavillonnaire kodacolor digne d’un film de David Lynch ou d’un épisode de Desperate Housewives : une banlieue parfumée par les effluves de barbecues, bercée par le bruit dominical des tondeuses et des taille-haies et où les enfants passent leurs week-ends à aller aux fêtes d’anniversaires des copains. Mais Gôran et Sven n’ont pas d’enfant et ils ne sont invités nulle part (même si les voisins prétendent avoir juste oublié de leur envoyer une carte). Alors, comme la loi suédoise le leur permet, ils comptent bien remédier à cela et adopter un enfant pour être un parfait petit couple intégré. Et comme n’importe quels adoptants, ils préféreraient un joli bébé cadum encore dans ses langes, histoire de voir la petite chose grandir, apprendre à marcher, à parler, à faire caca dans le popo, etc. (regardons les choses en face : en dehors de quelques catholiques masochistes, rares sont les adoptants à souhaiter d’emblée un préadolescent tchétchène séropositif amputé des deux jambes)… Quand l’agence officielle pour l’adoption leur confirme l’arrivée prochaine d’un Patrik, 1.5 ans, ils croient volontiers au miracle et préparent fébrilement la petite chambre, le petit lit qui accueilleront bientôt LEUR bébé de 18 mois… Ils ont tout prévu, tout anticipé… sauf la faute de frappe : au lieu d’un adorable bambin, les services sociaux – soulagés, on les comprend – leur confient bien un Patrik – jusque là tout va bien – mais c’est un adolescent violent et homophobe de 15 ans, rejeté de tous ! À prendre ou à laisser, on est pas au supermarché, il n’y a pas d’autre article en rayon…

L’intelligence malicieuse des Joies de la Famille est de ne pas tomber dans l’angélisme sur l’acceptation de l’autre. Sven, ancien hétéro, déjà père d’une adolescente rebelle, se montre intransigeant, limite réac à l’égard de ce sauvageon qui vient menacer la quiétude du petit couple bourgeois qu’il forme avec Goran… Et pourtant c’est bien grâce à Patrik, la teigne dont personne ne veut, que Goran et Sven vont aller jusqu’au bout d’eux-mêmes, et trouver une nouvelle harmonie, pour un final extrêmement touchant porteur d’une morale assez politique : les rejetés de tous bords sont fait pour se rencontrer et s’unir face au conformisme social.
Au passage, Ella Lemhagen livre un portrait hilarant est sans concession d’une société suédoise qui n’en finit pas de s’auto-proclamer ouverte à tous mais qui le ne démontre pas toujours au quotidien…

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

One Response to Film sur l’ Homoparentalité à l’ Utopia

  1. Seb says:

    Le film sur l’homoparentalité est touchant ! Mais bon, chacun est libre de ses goûts ! Au début, ça surprend mais le film mérite un petit détour !