Arc-en-Ciel partenaire de l’hommage à Pierre Seel à Mulhouse

Publiée le 5 mai 2010 | Par Michel Megnin | News
Le 15 mai 2010, à l’initiative des « Les Oublié(e)s de la Mémoire », membre d’Arc-en-Ciel Toulouse, une plaque commémorative en l’honneur de Pierre Seel et des autres Mulhousiens anonymes arrêtés et déportés pour motif d’homosexualité sera apposée en plein centre de la ville de Mulhouse, sur la façade du théâtre municipal. Arc-en-Ciel Toulouse a décidé de participer à la souscription pour le financement de cet événement majeur de la reconnaissance en France, et en Europe, de la déportation des homosexuels dans les camps nazis*.

Il faut rappeler que Toulouse fut la 1ère ville en France à honorer la mémoire de Pierre Seel et, à travers lui, celle des milliers de ses compagnons déportés pour cause d’homosexualité. Né à Mulhouse en 1923 et mort en 2005 dans la ville rose où il avait décidé de s’installer, Pierre Seel a été le seul déporté français survivant à « témoigner » dans un livre co-écrit avec Jean Le Bitoux (récemment décédé) : « Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel » (Calman-Lévy). Témoignage poignant où Pierre Seel raconte notamment son arrestation à Mulhouse à l’âge de 17 ans , les tortures dont il fut victime pendant plus de 7 jours et 7 nuits ininterrompus et la mort atroce de Jo, son premier amour, dévoré vivant devant lui et les autres prisonniers par les chiens du camp de Schirmeck, en Alsace.

En réponse de la demande des « Les Oublié(e)s de la Mémoire » et avec l’appui de plus 1000 signataires toulousains dont AEC, en 2008, c’est à l’unanimité que le Conseil municipal de Toulouse a décidé de donner le nom de Pierre Seel à une rue du quartier du port Saint-Sauveur. Pierre Seel y vécut de nombreuses années jusqu’à sa mort, le 25 novembre 2005, quelques mois à peine après le discours du président de la République Jacques Chirac qui reconnaissait, enfin, la déportation pour cause d’homosexualité (après un 1er discours de Lionel Jospin en 2001).

Par son témoignage militant, Pierre Seel aura ainsi consacré sa vie à combattre toutes les persécutions dont sont victimes les homosexuels dans le monde entier. Tel était aussi le sens du combat dans lequel il s’engagea, révolté par les propos de l’évêque de Strasbourg qui déclara en 1982 que “Je respecte les homosexuels comme je respecte les infirmes. Mais s’ils veulent transformer leur infirmité en santé, je dois dire que je ne suis plus d’accord”. Tel est aussi le sens de la participation d’Arc-en-Ciel Toulouse à la commémoration de sa mémoire dans la ville de Mulhouse**.

Le courage de Pierre Seel nous ordonne de continuer sans relâche son combat. En France, bien sûr, où la Journée de la Déportation le 25 avril dernier a encore été l’occasion pour certaines associations de déportés de boycotter la présence des associations LGBT, ainsi à Bordeaux, Metz, Nice et Marseille***, mais aussi partout dans le monde où les discriminations et les persécutions perdurent, avec la prison ou la mort comme sentence aussi impitoyable que révoltante.

* On estime entre 90 00 et 100 000 le nombre des homosexuels arrêtés ou fichés pour infraction au paragraphe 175 dans le régime Nazi. 51 000 ont été traduits en justice ou arrêtés, 10 000 ont été envoyés dans les camps nazis, 6 000 y sont morts (Selon l’United States Holocaust Memorial Museum). De 10 à 15 000 homosexuels ont péri lors de leur captivité. En France, dans l’état actuel des recherches, 63 noms auraient été retrouvés par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation dans des archives qui restent encore trop difficiles d’accès.

** Lors du prochain Festival des Fiertés LGBT, Ac-en-Ciel Toulouse pourrait recevoir Rudolf Brazda, dernier survivant connu de la Déportation pour cause d’homosexualité. Son témoignage vient d’être publié ce mois-ci dans un livre « Rudolf Brazda, Itinéraire d’un triangle rose – Biographie d’un déporté pour cause d’homosexualité– » de Jean-Luc Schwab (éditions Florent Massot).  Jean Luc Swhab sera présent à Toulouse pour une dédicace. Le livre sera aussi présenté dans le programme de la Marche et du Festival des Fiertés.

*** Nice, Metz et Bordeaux pratiquent toujours la ségrégation du souvenir. A Marseille, c’était cette année la 1ère participation du MDH (Mémorial de la Déportation), grâce notamment à la saisie de la Halde. Gabrielle Génovésio, présidente de l’Association des déportés, internés et résistants des Bouches-du-Rhône, n’a cependant pas apprécié  : “Je ne suis pas homophobe (sic) mais notre association comprend des déportés, internés et résistants vivants alors que les homosexuels ne sont représentés que par leurs amis. Et par nature, ces personnes ne se reproduisent pas. Ils n’ont pas de famille”. Et donc de boycooter ceux qui n’ont pas de famille ! « Ce monsieur [Christian de Leusse, délégué régional du MDH] m’indispose. Je suis la plus gênée, alors je pars”. (Source laprovence.com)

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

One Response to Arc-en-Ciel partenaire de l’hommage à Pierre Seel à Mulhouse

  1. michel says:

    Lisez bien les propos de la marseillaise « indisposée » par le représentant des déportés homos qui ne se reproduisent pas et n’ont pas de falille, « par nature »…
    C’est à vomir !
    Et à lutter encore plus pour le mariage et la parentalité !!!