14 000 personnes à la Marche Des Fiertés 2011 : AEC Toulouse salue un succès retentissant ! !

Publiée le 30 juin 2011 | Par Michel Megnin | Commissions, Communiqué de Presse, Marche et Festival des Fiertés LGBT, News

La Marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bies et Trans (LGBT) de la Région Midi Pyrénées s’est tenue ce samedi 18 juin à Toulouse. Le Village associatif ouvert de 11h à 19h a accueilli pas moins de 18 stands associatifs, des associations de parents LGBT, des associations de lutte contre les discriminations par le sport ou dans le travail ou les autres secteurs de la vie quotidienne étaient représentées. Arc-en-Ciel Toulouse, organisateur de l’événement, se félicite du succès de la Marche qui malgré un temps gris au départ au Pont Neuf a mobilisé les citoyennes et citoyens autour du mot d’ordre :« Pour l’égalité : en 2011, marchons, en 2012, votons ! »

Le point culminant de la Marche a été le rassemblement final sur la Place du Capitole avec pas moins de 14 000 participants. Ce fut l’occasion pour Alexandre PARIS, Président d’Arc-en-Ciel Toulouse, et Florence BERTOCCHIO,Vice-Présidente, de rappeler que cette Marche est la dernière avant les prochaines élections présidentielles et législatives. En forme d’un appel du 18 JUIN, appel de Toulouse, une plateforme de revendications politiques a été établie parmi lesquelles sont demandés :- L’égalité devant le droit au Mariage- L’égalité devant l’accès à la parentalité, devant les droits successoraux- L’égalité devant les délais de prescription des propos injurieux oudiffamatoires- L’égalité devant l’éducation, la santé et le travail- Le développement de l’action de l’Etat dans la lutte contre le VIH et les MST- L’égalité des couples binationaux devant le Mariage et le PACS- L’application intégrale de la résolution 1728 du Conseil de l’Europe et des recommandations du rapport Hammarberg, commissaire aux droits del’homme du Conseil de l’Europe en faveur notamment des personnes trans.

L’événement a reçu le soutien des institutions locales comme la municipalité de Toulouse représentée par Sonia RUIZ, adjointe au maire et Régis Godec (président du groupe des élus EELV,  le conseil général représenté par Jean-Louis LLORCA, Vice Président, et Marie-Christine LAFFORGUE, Vice Présidente, par les députées Martine MARTINEL (qui est intervenue à l’Assemblée nationale sur la proposition de loi en faveur du mariage) et Catherine LEMORTON. Michel TEYCHENNE, ancien député européén – élu de l’Ariège. Des élu(e)s de plusieurs tendances politiques étaient présent(e)s.

Toutefois, Arc-en-Ciel Toulouse dénonce l’usurpation qui a pu être faite par le CNT qui n’a pas rejoint le mot d’ordre de la marche et a défilé parallèlement sous d’autres revendications. Arc-en-Ciel Toulouse dénonce les propos qui ont pu être tenus par ce mouvement et ne se reconnaît pas dans ces derniers.

Arc-en-Ciel Toulouse remercie les bénévoles qui ont œuvré pour ce mouvement et l’ensemble des associations qui ont participé : L’Association des Parents Gais et Lesbiens, ACT UP Sud ouest, Aigle, Aides délégation 31, Amnesty International Midi Pyrénées, L’Autre Cercle Midi-Py, Centre Egaux, la CFDT, Contact 31, Cat Size « La Luna Loca », David et Jonathan, Les Dérailleurs, Les Enfants d’Arc-en-Ciel, Extra-Muros, Fiesta Tolosa, Fugues, Gest Groupe d’Etude sur la transidentité, HES, Homodonneur, L’INPES, Jules et Julies, Les Oubliés(e) de la Mémoire, L’une et L’autre, Les enfants d’Arc en Ciel, le SNEG, Les Touwin.

Arc-en-Ciel Toulouse remercie également ses partenaires commerciaux qui ont été le Backstage, le Bears, le Beaucoup, le Grand Cirque, le Limelight, Mezzo di Pasta, le Peu Conventionnelle, le Shanghai, le 31.

 

Communiqué de presse Arc en Ciel Toulouse

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

5 Responses to 14 000 personnes à la Marche Des Fiertés 2011 : AEC Toulouse salue un succès retentissant ! !

  1. Robin says:

    Bonjour ,

    pour précision ce n’était pas la CNT mais un groupe de personnes autonomes, la présence d’un drapeau ne siginifie pas qu’ils sont initiateurs du mouvement, bien au contraire.

    C’était seulement une précision.D’ailleurs notre collectif dénonce certains propos tenus par votre fédération, et ne se reconnait pas dans les valeurs que vous défendez.

    La marche appartient à tous et toutes, et ce fut la première fois que nous avons pu le rappeler.

  2. céline says:

    Les gay, lesbiennes, trans, bi et gay friendly présent-e-s dans cette marche ne se sentent pas forcément représenté-e-s par le slogan « marchons et votons ». La marche nous appartient également. Les autonomes en tête du cortège n’ont donc rien « usurpés ». Car nombre de participant-e-s ne se reconnaissent pas dans une marché des fierté longtemps usurpée pour le coup par les chars commerciaux et une ambiance générale parfaitement dépolitisée. Non, vous ne représentez pas le mouvement gay et il n’y a donc nulle usurpation

  3. Tiphaine says:

    Usurper:
    S’approprier par ruse, fraude ou violence une chose à laquelle on n’a pas droit. (TLF)

    La marche ne vous appartient pas plus qu’à d’autres. Des individus ont le droit de venir y exprimer des revendications et des luttes LGBT qui ne s’insèrent pas autant que vous le souhaiteriez dans votre pensée unique.
    La singularité des désirs et sexualités par rapport à la norme dominante est un formidable point de départ pour penser le monde de manière alternative. Profitez-en pour laisser libre cours aux différences qui ne sauraient se retrouver derrière un réducteur « mot d’ordre ».

  4. Unpdquinevotepas says:

    Bonjour,

    Nous confirmons qu’effectivement ce n’était en rien un cortège de la CNT mais bien un cortège transpédébigouine libertaire et féministe. Il n’y a d’ailleurs pas eu d’appel à manifester de la part de la CNT. S’il y avait des membres de la CNT à ce cortège (tout comme il y avait des militants d’autres orga.), c’est à titre parfaitement personnel. Ne vous en déplaise, il y a à la CNT des trans, des pédés, des biEs et des gouines pour qui l’orientation sexuelle relève d’enjeux politiques et que la CNT défend pleinement. Il y avait un malheureux drapeau CNT au milieu d’une quantité de drapeaux noirs et roses. D’ailleurs, la photo de la Dépêche montre bien que la présence de la CNT n’était en rien dominante. Si quelqu’un portait le drapeau de ce syndicat, c’est qu’il était pédé et anarchosyndicaliste. Nul besoin de chercher plus loin. Le cortège que d’aucuns pourraient appeler Pink Bloc était bien évidemment constitué et animé par des trans’, des trav’, des biEs, des pédés et des gouines. Nous sommes désolés de décevoir les tactiques de désinformation engagées par nos détracteurs.

    Au-delà, nous aimerions ajouter que loin de toute tentative de récupération, ce cortège transpédébigouine dénonçait bien au contraire les récupérations de la Marche menées par des partis politiques à seule fin d’assurer une victoire électorale. Le cortège tpbg dénonçait, par ailleurs, les dérives mercantiles qui font de la Marche une kermesse où les chars publicitaires s’approprient une manifestation initialement revendicative.

  5. Unpdquinevotepas says:

    Suite du commentaire :

    Est-il nécessaire de rappeler que la Marche des Fiertés s’inscrit en droite ligne des émeutes de Stonewall et a été créée, en France, par Le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire ? Deux éléments historiques que nous ne pouvons oublier ! Nous invitons ceux et celles qui n’auraient que peu ou pas entendu parler de ces mouvements à se renseigner sur : le FHAR, les Gouines rouges et, plus récemment, Les Panthères roses. Le tract et la banderole proposés par le cortège transpédébigouine étaient, à ce titre, très clairs. Quant aux slogans lancés pendant la manif, il ne faut pas oublier qu’ils étaient ceux que le FHAR utilisait lors des premières marches. Au lieu de parler de récupération ou de détournement de la Marche, vous devriez plutôt parler d’un retour aux sources. C’est pourquoi le cortège tpbg avait toute légitimité à se trouver en tête du cortège.

    Mais nous aimerions également remercier les individus anonymes venus saluer et défendre cette initiative. Pour tout avouer, cela fait chaud au cœur de voir des jeunes et des moins jeunes émus de voir que tout n’est pas perdu et heureux de rencontrer des militants transpédébigouines qui luttent, honnêtement et avec sincérité, pour une véritable émancipation sexuelle autrement dit une émancipation sexuelle inséparable d’une solide réflexion politique où s’affirme la révolution libertaire, le féminisme, la lutte contre le patriarcat et contre le sexisme.

    Nous refusons de servir la soupe aux patrons et nous refusons de soumettre nos vies à une poignée de politiciens cyniques prêts à tout pour gagner quelques voix. Vive les drapeaux roses et noirs !