Pour les droits fondamentaux des personnes Trans

Publiée le 20 novembre 2012 | Par | EspaceTrans

Tandis que Jean-Luc Mélenchon exprimait dimanche à la télévision tout le bien qu’il pense de la loi votée au début de cette année 2012 par le parlement argentin « sur le droit à l’identité de genre », un parti politique exprime pour la première fois la volonté de rapprocher la loi française de ce qui est en train de s’imposer comme un standard universel concernant les droits des personnes Trans.

Et de quelle manière ! Le Conseil fédéral d’Europe Ecologie Les Verts a voté une motion « pour les droits fondamentaux des personnes Trans » où il est rappelé que la parole des personnes Trans ne peut être mise en jugement lorsqu’elles sollicitent la justification légale de leur identité – des papiers – sans que cela nuise gravement à leur dignité. Il y est rappelé aussi que ces personnes doivent bénéficier d’un accès aux soins répondant aux exigences de liberté et de justice sociale.

La motion complète sur : http://lgbt.eelv.fr/pour-le-respect-des-droits-fondamentaux-des-personnes-trans/

Nous nous réjouissons de cette prise de conscience : la jurisprudence actuelle a des conséquences dramatiques en termes de violences exercées contre les personnes Trans mais aussi sur la violence qu’elles s’infligent envers elles-mêmes. Dans le mois qui vient de s’écouler, on ne compte pas moins de deux suicides et d’un meurtre connus et rapportés dans les media.

Il y a un grand risque qu’une loi soit votée dans les mois qui viennent, avec les meilleures intentions du monde, mais continue d’assigner les personnes Trans à une procédure jugée pour l’obtention du changement d’état-civil. Ce serait la persistance une discrimination légale, d’une inégalité de traitement. Aucun-e autre citoyen-ne n’est exposée à une pareille procédure pour obtenir ses papiers. Non seulement cela a des conséquences symboliques désastreuses sur l’estime de soi, mais de plus cela introduit une différence de traitement injustifiée – et insupportable pour un grand nombre d’entre nous – en ce qui concerne le coût et la durée de la procédure d’obtention de sa carte d’identité ou de son passeport. Les personnes Trans d’aujourd’hui vont au lycée, à l’université, ont un emploi ou, malheureusement aussi, sont sans emploi. Elles voyagent, votent, sont électeurs, électrices ou candidat-e-s au suffrage des citoyen-ne-s. Dans toutes ces situations de la vie courante, la justification légale de son identité est nécessaire. Nous avons le même besoin et le même droit que les autres citoyen-ne-s à en bénéficier dans d’égales conditions de délai et de coût.

Florence Bertocchio

Vous aimez cet article ? Partagez-le !