Lutter contre l’homophobie, c’est aussi une façon de lutter contre le VIH ! (tournées organisées par AIDeS)

Publiée le 19 mai 2010 | Par Baptiste POIRET | Santé & Prévention

L’homophobie se traduit par des réactions, avouées ou non, de rejet, d’exclusion et de violence, à l’encontre des homo- et bisexuel(le)s, ou des personnes supposées l’être. Hélas, il n’existe pas de statistiques officielles permettant de quantifier et de comprendre les manifestations homophobes, en France, qui sont toutefois probablement nombreuses.

Or il a été démontré, par plusieurs travaux de recherche scientifique, que l’homophobie peut avoir des conséquences notamment psychologiques et sociales très graves pour les homo- et bisexuel(le)s : manque d’estime de soi, dépression, isolement, suicide, etc.
Une autre conséquence de l’homophobie est d’amener des homo- et bisexuel(le)s à adopter eux/elles-mêmes des attitudes homophobes, quand ils/elles ont développé une image négative de leur personne et de leur orientation sexuelle ; il s’agit d’homophobie « intériorisée ». C’est ce mécanisme qui conduit certain(e)s homo- et bisexuel(le)s à manifester de l’hostilité à l’égard des « folles » et « camionneuses », par exemple.

Cette forme d’homophobie, ajoutée à l’homophobie « ambiante », peut altérer le désir des homo- et bisexuel(le)s de prendre soin d’eux/elles. Elle peut ainsi les vulnérabiliser face au VIH et aux autres IST, en les amenant à adopter des comportements à risques.

La lutte contre l’homophobie constitue donc, elle aussi, une manière de réduire les risques de transmission du VIH et d’autres IST.
C’est la raison pour laquelle AIDeS Haute-Garonne a décidé d’organiser une opération autour de ces questions, à l’occasion de la Journée Mondiale de Lutte contre l’Homophobie 2010.

Cette opération est intitulée « Lutter contre l’homophobie, c’est aussi une façon de lutter contre le VIH ! »
Son objectif général est de contribuer à réduire les risques de transmission du VIH et d’autres IST, parmi les homo- et bisexuel(le)s de la région Midi-Pyrénées, potentiellement accrus par l’homophobie et ses conséquences, en :

  • Accompagnant le grand public et les homo- et bisexuel(le)s, dans une réflexion autour de l’homophobie,
  • Leur rappelant en quoi l’homophobie vulnérabilise les homo- et bisexuel(le)s, face au VIH et aux autres IST.
    Pour ce faire, plusieurs actions seront menées durant la semaine du 17 au 23 mai 2010, en partenariat avec deux structures LGBT : ARC-EN-CIEL TOULOUSE et JULES ET JULIES.

Le vendredi 21 mai 2010, des membres de AIDeS, d’ARC-EN-CIEL TOULOUSE et de JULES ET JULIES, effectueront une tournée d’information et d’échange, dans 9 établissements festifs du centre ville, particulièrement fréquentés par des homo- et bisexuel(le)s. Cette tournée permettra d’inviter les gays, lesbiennes et bisexuel(le)s rencontrés, à réfléchir plus particulièrement à la question de l’homophobie « intériorisée » et à ses conséquences sur leur santé. Elle se déroulera de 19 heures à 2 heures du matin.
Le lendemain, le samedi 22 mai 2010, ils tiendront un stand d’information et d’échange, face au n° 20 de la place Wilson, à Toulouse, de 11 heures à 18 heures. Ce stand leur permettra d’amener le grand public à s’interroger sur l’homophobie et ses conséquences sur la santé des homo- et bisexuel(le)s.
Ils réaliseront également une tournée d’information et d’échange autour de l’homophobie, visant elle aussi le grand public, dans le centre ville de Toulouse, à partir de 11 heures.
Sur le stand et lors des deux tournées, des supports de communication seront remis aux personnes rencontrées, parmi lesquels les 3 flyers contre l’homophobie ci-joints (en format A5, recto-verso) :
– Un flyer destiné au grand public et centré sur l’homophobie « ambiante »,
– Deux flyers destinés aux lesbiennes et bisexuelles, d’une part, et aux gays et bisexuels, d’autre part, faisant plus particulièrement référence à l’homophobie « intériorisée ».

CLIQUEZ pour voir les FLYERS:    Cliquez MOI

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Comments are closed.