« Egalité des droits : pour les personnes Trans aussi ! »

Publiée le 11 juin 2013 | Par Frédéric Le Barzic | Commissions, EspaceTrans, Trans & Inter

« Depuis deux ans, la commission Trans d’Arc En Ciel Toulouse œuvre pour faire connaître la transidentité auprès du grand public, informer les professionnels de la santé, du droit et les acteurs sociaux ; développer une réflexion sur les droits. Car les droits des personnes Trans sont encore méconnus et négligés. C’est un domaine en pleine évolution comme en témoigne le vote récent du parlement inscrivant la transphobie au rang des discriminations légalement reconnues, tout comme l’étaient déjà les discriminations en raison de la race, de la religion ou de l’orientation sexuelle.

Pour toutes les personnes LGBT, le grand chemin du progrès est celui de la lutte pour l’égalité des droits. Ce n’est pas le seul, la lutte contre les LGBT-phobies est également de la plus grande importance. Mais il est incontournable. L’égalité des droits pour les personnes Trans implique que le changement d’état civil puisse être prononcé à leur demande, sans condition, dans un délai rapide et sans frais de justice. Car toute citoyenne, tout citoyen a la capacité de disposer dans des conditions équitables de la justification légale de son identité, autrement dit de papiers d’identité. Seules les personnes Trans voient cette capacité arbitrairement diminuée.

La diminution de libertés des personnes Trans se réalise aujourd’hui aussi par le biais d’une ignorance coupablement entretenue à propos de leur accès au système de santé. On ignore par exemple que n’importe quel médecin s’il l’accepte, en fonction de ses valeurs et de la perception qu’il-elle a de ses compétences, est fondé à prescrire un traitement hormonal dans le cadre d’une transition, que ce traitement porte sur l’une ou l’autre des hormones effectivement présentes chez l’homme et chez la femme : oestradiol, progestérone, testostérone. En effet, aucune de ces substances ne peut être considérée comme dangereuse au point de restreindre leur manipulation à des spécialistes triés sur le volet.

Ainsi, la conscience des personnes Trans, et de toute la communauté LGBT, se porte aujourd’hui sur l’exigence d’équité concernant leurs droits civiques et leur accès aux soins. Les personnes Trans sont probablement les dernières en occident dont les libertés sont restreintes pour motif psychiatrique. La déclassification de la transidentité comme trouble psychiatrique ne peut être réalisée au niveau national. Tout comme la déclassification de l’homosexualité il y a 20 ans, elle nécessitera une décision internationale au niveau de l’OMS. Mais, dans l’attente, nous pouvons exiger et obtenir la fin des régimes d’exception en France. Il ne dépend que de décisions politiques de restaurer nos libertés et notre complète dignité ».

Florence Bertocchio

Ce texte a aussi été publié dans le programme du Festival des Fiertés LGBT 2013

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Comments are closed.