Mardi 30 mai : Rapport annuel de l’association SOS homophobie

Publiée le 28 mai 2017 | Par bpoiret | Associations, Associations Amies, Évenements, News, News (Slider Homepage)

Rapport annuel 2017 de SOS homophobie

SOS homophobie publie chaque année, au mois de mai, une enquête qui est au cœur de son action militante. « Le Rapport sur l’Homophobie » compile l’ensemble des témoignages reçus par l’association et analyse l’actualité de nos communautés pendant les douze derniers mois, à travers de nombreux thèmes.

Un regard clair et sans complaisance sur les LGBT-phobies.

Extrait de l’Édito

Triste et malheureux constat : après deux années consécutives de baisse des témoignages, les LGBTphobies progressent à nouveau en 2016 avec une augmentation de 19,5 % des témoignages reçus par SOS homophobie. Les personnes trans sont parmi les premières victimes de cette hausse (+76% de témoignages). La haine envers les personnes lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) persiste, s’amplifie et s’ancre toujours aussi profondément dans notre société.

Si Internet reste le lieu le plus propice au développement de la parole homophobe et transphobe (22,5 % des témoignages), le climat d’homophobie et de transphobie, alimenté par la banalisation des discours de haine envers les personnes LGBT, est palpable dans toute la société française. L’homophobie quotidienne, subie dans le contexte familial et dans l’entourage proche, dans les lieux publics, à l’école ou au travail, demeure très importante (42% des témoignages).

Comment comprendre une telle situation? Au cours des dernières années, les libertés et les droits des personnes LGBT ont fortement progressé en France à l’exemple, en 2013, de la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de personnes de même sexe. Plus récemment, on peut souligner l’amorce de la simplification du changement d’état civil pour les personnes trans. L’introduction de la lutte contre l’homophobie dans les programmes scolaires est aussi à saluer, même si des censures alimentées par des discours intolérants et conservateurs persistent autour de la notion du genre. Toutes ces avancées ont donné lieu à l’expression d’une violence extrême mais malheureusement tolérée. Les discours qui tendent aujourd’hui à remettre en cause ces droits alimentent cette haine. Cette tolérance de l’inacceptable légitime et donne toute sa force à la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *