Réaction de l’association « Devoir et Mémoire » face aux propos de Christian Vanneste

Publiée le 16 février 2012 | Par Fred | Associations Membres, Communiqué de Presse, Elections 2012
Truthout.org /Free Photos

L’association Arc En Ciel soutient et diffuse le communiqué de Presse de l’association Devoir et Mémoire en réaction aux propos négationnistes et homophobes de M. Vanneste, tenus dans un entretien audiovisuel le 10 février.

COMMUNIQUE DE PRESSE de l’association « Devoir et Mémoire »

Notre réaction aux propos de Christian Vanneste, tenus dans un entretien audiovisuel, le 10 février :

http://libertepolitique.com/L-information/Liberte-politique-TV/Favoriser-la-famille-pour-preparer-l-avenir

Nous condamnons les propos de Christian Vanneste, qui baffoue la mémoire des déportés français pour homosexualité, dont Pierre Seel, ainsi que toutes les victimes de cette déportation.

Nous tenons tout d’abord à rappeler que si des homosexuels français ont été visés par des mesures de déportation en raison de leur homosexualité, personne ne prétend que cette déportation s’est faite sur la même échelle que la déportation « de répression » ciblant les opposants politiques et résistants, ou encore de façon aussi systématique que la déportation raciale qui a principalement touché les populations juives en Allemagne et dans les territoires occupés par l’Allemagne nazie.

En France, les déportations massives ne touchent effectivement pas les homosexuels, mais le sujet mérite d’être abordé en connaissance de cause, dans un esprit objectif plutôt que polémique, en tenant compte de la spécificité française en la matière.

Lorsque Christian Vanneste parle des homosexuels et de leur « art consommé de la déformation systématiquement des faits », il donne entre autres exemples « la légende de la déportation homosexuelle », et affirme que celle-ci ne s’applique pas à la France en dehors des trois départements annexés. Certes les Français envoyés en camp de concentration pour ce motif sont quasiment tous issus des départements annexés, mais plus largement, le sujet demeure complexe et dépend aussi de la définition qu’on donne au terme « déporté ». En effet, la loi française de 1948 étend cette notion à des personnes qui ne sont pas nécessairement passées par des camps de concentration (l’emprisonnement en Allemagne ou dans les territoires annexés pouvant dans certaines conditions rentrer dans ces critères – voir doc.).

Arguant également de la déformation systématique des chiffres, Christian Vanneste parle de 30.000 déportés [allemands]. On peut s’en étonner alors qu’à l’heure actuelle, les études sérieuses font état de 5 à 15.000 grand maximum sur l’ensemble du système concentrationnaire. Günter Grau, le grand spécialiste allemand de la question parle aujourd’hui plutôt de 6.000 personnes.

Pour autant, ces milliers de personnes, quel qu’en soit le nombre exact, relèvent selon Christian Vanneste de « la légende » !!

La déportation des homosexuels dans son ensemble concerne d’abord et avant tout les Allemands et touche aussi d’autres nationalités de façon marginale (étrangers résidant sur le sol allemand – cas de Rudolf Brazda notamment – ou encore ressortissants d’autres nationalités arrêtés dans les pays occupés et envoyés en camp de concentration, le plus souvent pour des raisons plus arbitraires qu’objectives, voire pour l’exemple. On dénombre ainsi des cas de déportés pour homosexualité parmi les ressortissants polonais, tchécoslovaques, soviétiques, norvégiens, mais aussi quelques Français.

LES CHIFFRES POUR LES FRANCAIS:

  • une douzaine de natifs d’Alsace ou de Moselle ont été envoyés en camp de concentration pour ce motif ;
  • 6 autres Français originaires de Paris et d’autres grandes villes ont été déportés pour ce motif, pour des raisons plus arbitraires, et assimilés à des « Triangles rouges » (déportés pour motif politique) ;
  • plus d’une 30aine de Français, Pierre Seel inclus, ont été persécutés par le régime nazi  (emprisonnés arbitrairement ou encore jugés et condamnés pour des actes homosexuels) et peuvent être (ou ont été) assimilés à des déportés politiques, dans l’interprétation large qu’en fait la loi française de septembre 1948.

NOS INTERROGATIONS POUR Christian VANNESTE SUITE À SON INTERVENTION :

– Si le chiffre de 30.000 déportés – ou en l’en occurrence moins de 10.000 – est une « légende », à partir de quel chiffre rentre-t-on dans le réel ??

– Christian Vanneste qui aime utiliser un argumentaire similaire à celui de Heinrich Himmler (selon lequel les homosexuels sont un danger pour la survie de l’humanité  *http://lci.tf1.fr/france/2004-12/homosexualite-verites-depute-ump-4858966.html) aurait-il également aussi un compte personnel à régler avec les homosexuels comme il l’affirme dans son interview à propos de Himmler ?? 

* d’après son discours de Bad Tölz en février 1937, l’homosexuel serait un danger pour la perpétuation de la race allemande

Rappelons enfin qu’en France, la déportation pour motif homosexualité est reconnue par les historiens, par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et l’État par la voix de M. Lionel Jospin, Premier Ministre en 2001, M. Jacques Chirac, Président de la République en 2005… et depuis par les différents ministres de MM. Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, donc de la famille politique de C.Vanneste, qui se sont succédés à la Défense et aux Anciens Combattants et Victimes de Guerre.

Nous condamnons les propos de Christian Vanneste, dans la mesure où il vise une fois encore à entretenir la polémique autour des questions de société et d’égalité des droits pour les personnes homosexuel-le-s.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

One Response to Réaction de l’association « Devoir et Mémoire » face aux propos de Christian Vanneste

  1. Jonathan NIXON says:

    Bravo. Très juste et considéré, l’article. Suberbement écrite.( c’est francais, ça?)
    Moi, Je suis plus en colère que cela, ne faut il pas aller plus loin , avec ce negationiste? Ou est-ce un piège et manipulation de Sarko ?
    Bon courage dans vos efforts de défense de la mémoire, (et merci pour la même chose)
    Jonathan
    Lot et Garonne.