» Pour signifier qu’on est Tunisiens, qu’on est les enfants de ce pays et qu’on a le droit d’y vivre librement « 

 » Pour signifier qu’on est Tunisiens, qu’on est les enfants de ce pays et qu’on a le droit d’y vivre librement « 

Cet été, le tribunal de première instance de Tunis a refusé la dissolution de l’association Shams, ce qui lui est censé lui permettre d’exercer ses activités. Cette association Shams défend les droits des homosexuels, bisexuels et transsexuels en Tunisie (LGBT). elle a obtenu son visa légal ce printemps et ce à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie. Cette association a pour but d’ouvrir un débat à hauteur nationale sur l’homosexualité. “C’est pour signifier qu’on est Tunisiens, qu’on est les enfants de ce pays et qu’on a le droit d’y vivre librement”, lance Ahmed Ben Amor, vice-président de l’association.

Les pourfendeurs sont nombreux et ne se recrutent pas seulement parmi les islamistes ou les dignitaires religieux. La société civile n’est malheureusement pas en reste.

AEC Toulouse apporte son soutien à nos amis Tunisiens de SHAMS et relaie leur communiqué de presse :

 »  À l’heure où la Tunisie, comme la France, subit les frappes immondes d’un groupement sectaire et de ses radicaux. Nous découvrons avec horreur que des citoyens de ce même pays, ami de la France, font l’objet de menaces de mort injustifiées. Ces menaces sont basées sur le simple fait de leur différence et sur leur volonté profonde et juste d’équité. Ces citoyens tunisiens, membres et fondateurs de l’association SHAMS, luttent avec conviction et courage pour modifier des articles de loi archaïques rendant l’homosexualité comme pénalement répréhensible. Mais des représentants élus de Tunisie préfèrent accabler nos amis de SHAMS, en les accusants de biens des maux absurdes, comme la responsabilité de l’augmentation des divorces, de la consommation de drogue et des violences conjugales. Ce discours abjecte ne peut être entendu sans que nous, associatifs de France, prônant des valeurs d’égalité, de respect et de tolérance envers les LGBTQI (Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transsexuels, Queers, Intersexes) ne réagissions. Comment supporter, qu’aux portes de la France, des individus appartenants aux minorités sexuelles puissent être enfermés en prison, condamné, examinés comme des animaux pour seule raison de leur orientation sexuelle. Nous ne pouvons non plus, accepter que nos frères tunisiens soient l’objet de menaces de mort alors même qu’ils cherchent à défendre leurs compatriotes d’une loi humiliante et décadente. 

Nous invitons toutes les associations et bonnes volontés à signer ce communiqué pour que l’information puissent devenir l’armure qui protégera, Hedi SAHLY ; Sofien TRABELSSI, Seifeddine BEJAOUI et les autres.

Nous leurs souhaitons tout le courage qu’il leur sera nécessaire pour faire face à une situation horrible les ayant poussé à la fuite. Nous souhaitons également leur signifier notre admiration pour l’énergie et les sacrifices effectués pour que cesse cette discrimination et cette pénalisation de l’homosexualité en Tunisie.  « 

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Comments are closed.