PMA, Filiation, Droits des Trans, LGBTQI-phobies : ou pourquoi il est important de se mobiliser à Toulouse pour la Marche des Fiertés le 14 Juin 2014!

Publiée le 9 juin 2014 | Par | Homoparentalité, News, Visibilité Lesbienne

(LGBTQI : Lesbiennes, Gays, Bis-Es, Transexuels-lEs, Queers, Intersexes).

La prochaine Marche des Fiertés de Toulouse aura lieu le samedi 14 juin 2014. C’est l’occasion de fêter le 20ème anniversaire de la marche toulousaine en défilant pour revendiquer l’Égalité des droits !

 

  • La Marche toulousaine des Fiertés, un contexte tendu.

Cette année, la Marche des Fiertés LGBTQI aura une tonalité bien particulière. La ville rose a récemment élu un maire qui a signé un appel contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, manifesté aux côtés de la Manif Pour Tous. Un maire qui s’est positionné contre l’ouverture de l’assistance médicale à la procréation des couples lesbiens et qui a voté contre le remboursement à 100 % par la sécurité sociale, des interruptions volontaires de grossesse (IVG). L’ancienne municipalité avait au contraire œuvé en faveur de la lutte contre les discriminations, en créant en mars 2012 un espace dédié à la diversité et à la laïcité qui accueille depuis de manière permanente le Centre LGBT de Toulouse ; en autorisant l’utilisation de la Place de Capitole pour la L’ouverture de la Marche des fiertés, mais aussi en soutenant financièrement les associations de lutte contre les LGBTQI-phobies. Si le maire actuel, J-L Moudenc a publiquement démenti les bruits de couloirs qui annonçaient le gel des subventions en faveur des associations, les militants et les militantes restent sur leur garde.

 

  • La Marche des Fiertés, une marche festive et POLITIQUE !

Rappelons encore que le débat sur la loi « Mariage pour tous », a été empoisonné par les antis-égalité qui ont contribué a libéré la parole et les actes homophobes. Le rapport annuel de l’association SOS Homophobie constate ainsi une hausse de 78 % en 2013 des actes homophobes par rapport à 2012 ! Face à ces violences nous sommes tous et toutes concernés-es. Si la Marche des Fiertés se déroule toujours dans un esprit très festif ; et si certains LGBT y voient, à juste titre, une occasion de célébrer collectivement leur Fierté, elle n’en demeure pas moins une manifestation politique ! Surtout dans le contexte toulousain actuel, cette marche est plus que jamais l’occasion de revendiquer haut et fort les droits et les libertés que cette société sexiste et homophobe nous refuse encore ! L’homophobie, la lesbophobie, la bi-phobie, la transphobie et le sexisme ne devraient laisser personne indifférent. C’est pourquoi les « hétéros-solidaires » doivent aussi se mobiliser ! Car nos luttes concernent toute la société.

 

  • L’Égalité des droits pour les femmes lesbiennes et les biEs!

Les lesbiennes, parce qu’elles sont femmes et homosexuelles, subissent au cours de leur vie des discriminations sexistes et homophobes. Cette discrimination se nomme la lesbophobie. Violences verbales ou physiques, harcèlement au travail, rejet des proches et/ou de la famille, viols correctifs. Invisibles et niées par la société, les combats et les revendications des lesbiennes sont, encore et toujours relayés au second plan ! Au lendemain de la Manifestation « Jour de colère », l’ouverture de la PMA aux couples lesbiens a d’abord été balayée au nom d’un apaisement en faveur des antis-égalité, légitimant au passage, la haine des homosexuels, la négation des lesbiennes et de leurs familles ; mais aussi, le racisme, l’antisémitisme et le nationalisme des manifestants. Puis, la PMA a été définitivement écartée des priorités nationales au profit d’un problème sois-disant « plus important », celui du chômage.

Les femmes lesbiennes sont-elles tellement négligeables ? Car, si toutes les femmes ne souhaitent pas devenir mère, en France, seuls les couples hétérosexuels peuvent bénéficier des progrès de la science pour fonder une famille. Ce privilège hétérosexuel est accordé depuis la loi de bioéthique de 2004, aux couples qui ne peuvent pas avoir d’enfant de manière « naturelle ». Ce qui, dès-lors ne pose plus aucun problème d’éthique ! Pourquoi alors, ne pas accorder cette possibilité d’aide à la procréation aux lesbiennes et aux femmes célibataires ?

 

  • L’Égalité des droits pour les familles homosexuelles !

La filiation n’a pas été refondée et les familles sont encore dans des situations juridiques absurdes et dangereuses. Le mariage entre femmes ne permets pas la filiation automatique, mais ouvre simplement le droit à l’adoption. Les couples de femmes doivent donc d’abord obligatoirement se marier et ensuite, la deuxième mère (ou mère sociale) doit adopter l’enfant de sa femme! Combien d’hommes hétérosexuels supporteraient de passer devant le juge pour adopter l’enfant qu’a porté son épouse ?! Aucun. Et pour cause, la loi établit à la faveur de l’homme hétérosexuel une présomption de paternité, qui lui permet de devenir automatiquement le père de l’enfant. Pourtant, pour les lesbiennes, même mariées, le tribunal est un passage obligé. Outre le temps investi et l’humiliation subie, le risque, est que le juge refuse l’adoption. Récemment le Tribunal de Versailles à refusé une adoption par la deuxième mère car les juges ont considéré que l’enfant né d’une PMA à l’étranger constituait une « fraude à la loi ». On est ici bien loin de l’esprit de la loi « mariage pour tous » qui promettait de sécuriser juridiquement toutes les familles ! 

 

  • Des droits à conquérir !

En 2014, où est donc passé la promesse présidentielle d’Égalité de 2013? Sans la PMA, les femmes lesbiennes sont priées par la société de coucher avec des hommes pour avoir un enfant. Sans la « loi famille », les parentes passent par un parcours juridique compliqué et incertain pour établir la filiation ! En une année, le renoncement du gouvernement à mener ces réformes sociales à leur terme, ont trompé et profondément humiliés les lesbiennes, et les biEs. Quid du don du sang pour tous?! Quid du changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes trans?!

 

Ainsi, face à un climat de haine, face aux LGBTQI-phobies ordinaires et institutionnelles, mobilisons-nous à Toulouse, le 14 juin 2014 et marchons ensemble contre l’homophobie et pour l’Égalité des droits!

 

Rendez-vous à 14 heures Place du Capitole !

Christelle Alle (administratrice Arc-en-Ciel).

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Comments are closed.