L’homophobie à gauche

Publiée le 16 décembre 2014 | Par Florence Bertocchio | Homoparentalité, Politique & Elections

Photographe engagé, Olivier Ciappa a créé la série des «couples imaginaires» en janvier 2013, au moment du débat parlementaire sur le Mariage pour tous. Roselyne Bachelot et Audrey Pulvar, ou encore les nageurs Florent Manaudou et Frédérick Bousquet ont participé à ce projet dont le but est de promouvoir l’égalité entre les couples hétérosexuels et homosexuels.

Ce lundi 15 décembre, c’est Cécile Duflot qui s’y colle. Sa partenaire est la comédienne Virginie Lemoine. Les deux femmes posent sur un canapé, dans une attitude tendre, entourant un bébé.

Réaction d’une camarade de Cécile Duflot sur une liste de discussion interne à Europe Ecologie :

«C’est quoi la prochaine étape ? Faire la manche déguisée en mendiante, et te faire photographier, pour défendre la cause des « plus démunis-sans abris » ?»

La réponse de Cécile Duflot est pleine de sagesse et c’est pourquoi, comme Harry Potter et Hermione Granger, je prends des libertés avec quelques règlements afin de la rapporter :

«J’ai en effet participé à un projet artistique de lutte contre l’homo- et la lesbophobie intitulé les couples imaginaires. Ton message en montre d’ailleurs la pertinence par un parallèle hasardeux : il n’est ni regrettable d’être homo, ni utile de lutter contre les familles homoparentales ; c’est même le contraire. Banaliser le sujet avec un regard tendre est l’objet de ce travail. C’est en revanche résolument tout l’inverse qu’il faut faire pour la misère…»

Ainsi que je le rappelle souvent avec tristesse, il est très commun, à gauche, de croire qu’il est regrettable d’être homo. Aussi regrettable pour cette militante écologiste anonyme que d’être dans la misère. Ce préjugé est la vraie racine de l’opposition hypocrite à l’homoparentalité sous couvert d’un imaginaire ordre naturel (contre la PMA) et/ou au nom d’un Freud érigé en divinité (contre la filiation). Ni les lois de la Nature, ni les enseignements de la psychanalyse ne sont réellement en cause mais un profond préjugé homophobe.

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Comments are closed.