SOS_homophobie

SOS Homophobie : « notre soutien et notre confiance ne doivent pas être trahis ! »

Publiée le 23 janvier 2013 | Par Michel Megnin | Associations, Associations Amies

Communiqué de SOS Homophobie : A une semaine de l’ouverture des débats à l’Assemblée Nationale : « rien n’est jamais acquis », ne pas céder.

Près de 30 000 personnes ont défilé dans les rues de plusieurs villes de France ce samedi 19 janvier pour rappeler leur attachement à l’égalité, à l’avancée représentée par le projet de loi « mariage pour tou-te-s » et aux avancées qu’il reste encore à parcourir pour que les couples de personnes de même sexe et les familles homoparentales ne soient plus fragilisés et infériorisés par une absence de droits. Les mobilisations du 19 janvier et celles à venir les 26 et 27 janvier, doivent assurer aux porteurs/ euses de ce projet de loi, et plus particulièrement aux parlementaires qui y sont favorables, du soutien dont ils et elles bénéficient au sein de la majorité de la population. 

Ce soutien et cette confiance ne doivent toutefois pas être trahis : si les débats dans l’hémicycle s’annoncent longs et intenses, nos parlementaires doivent répondre présent –e-s sur toute leur durée. SOS homophobie exhorte les député-e-s à ne pas faire revivre à leurs concitoyen-ne-s la mésaventure de 1998 quand la première mouture du Pacs était rejetée à l’assemblée nationale par quelques voix, en raison d’un absentéisme des député-e-s de gauche, en raison d’un un « défaut de vigilance » « éminemment regrettable » comme s’en excusait le premier secrétaire du parti socialiste de l’époque : François Hollande*.

SOS homophobie déplore qu’un projet de loi porteur d’égalité, de progrès démocratique et de justice sociale, inspire autant de haine de la part d’une frange de ses opposant-e-s. Alors que les témoignages d’homophobie, de biphobie et de transphobie reçus par l’association augmentent sensiblement depuis plusieurs mois, que des député-e-s favorables à ce projet de loi reçoivent des lettres d’insultes et de menaces, ce sont aujourd’hui des locaux du parti socialiste qui sont vandalisés.
Ces actes de violence, qui ne peuvent être autre chose qu’une tentative d’obstruction à la démocratie et qu’une manifestation de l’homophobie la plus primaire qui soit, doivent être farouchement condamnés par toutes et tous.

Les violences homophobes ne sauront avoir raison de l’Histoire, ne sauront avoir raison de nos convictions et de nos revendications : l’Egalité n’abdique pas devant la haine.
Quelle que soit la famille politique à laquelle appartiennent nos parlementaires, ils et elles pourront être fières d’avoir voté une belle et grande loi, « tant le fait d’accorder des droits nouveaux à nos concitoyens est (…) la meilleu re des actions ».

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Comments are closed.